Que peut faire l’arthroscopie dans la prise en charge de l’arthrose ?

charge de l’arthrose

L’arthroscopie est une technique chirurgicale permettant de voir l’articulation. On effectue des prélèvements pour réaliser de petits gestes chirurgicaux. Cette pratique originaire du Japon fut introduite en Europe par le Dr Henri Horfman. Elle est réalisée sous anesthésie loco-régionale ou régionale puisque cette intervention nécessite quelques incisions.

Comment se déroule l’arthroscopie ?

Le praticien qui effectue l’arthroscopie introduit dans l’articulation un petit tube rigide appelé arthroscope. Ce dispositif d’optique rigide est relié à une caméra et une source de lumière. Le dispositif aide le chirurgien à visualiser la zone intra-articulaire sur un écran de contrôle.

Non loin de la première incision, le chirurgien pratique d’autres incisions afin d’y introduire des mini instruments tels que des pinces, ciseaux, fraises miniatures… Parmi les nombreuses opérations réalisables par cette technique chirurgicale les principales consistent à enlever ou recoudre le ménisque, éliminer un corps étranger, remodeler le cartilage endommagé et renforcer les ligaments lésés.

L’avantage avec l’arthroscopie est qu’il s’agit d’une intervention légère. Le malade récupère son énergie au bout de 24 heures d’immobilisation. On peut explorer différents types d’articulation grâce à l’arthroscopie : genou, épaule, hanche, canal carpien, coude. Cet examen peut être motivé par l’apparition d’arthrose.

Différentes catégories d’arthroscopie : opératoire et diagnostique

L’avantage avec l’arthroscopie opératoire est qu’il permet de réaliser de petites interventions chirurgicales intra-articulaires sans avoir à ouvrir l’articulation à soigner. Cette intervention est pratiquée dans différentes zones des articulations. On peut recourir à l’arthroscopie pour opérer le cartilage, la synoviale, les fragments libres, les ligaments, les ménisques, les tendons, la capsule articulaire.

L’arthroscopie diagnostique et aide le médecin à détecter l’origine d’un trouble du fonctionnement d’une articulation. Cette opération n’est indiquée que lorsque les renseignements fournis par les examens cliniques et analyses complémentaires modernes sont insuffisants. L’intervention permet d’observer en détail la cavité articulaire, les cartilages, les insertions tendineuses et les ligaments.

L’arthroscopie pour prendre en charge l’arthrose

Le recours à l’arthroscopie est rare chez les patients qui souffrent d’arthrose. Le fait est que la régulation du cartilage ou des ménisques sous arthroscopie sont souvent inutiles. L’intervention peut parfois aggraver les douleurs et l’évolution structurale de l’ostéoarthrite.

L’arthroscopie peut être proposée en cas de blocage, accrochage, douleur brève et brutale faisant évoquer la présence de morceaux de cartilage ou des ménisques mobiles et instables. Cette opération permet au chirurgien de retirer ou réséquer l’anomalie sous arthroscopie. L’intervention nécessite des fibres optiques introduites dans une première incision, des instruments à mains et motorisés introduits à partir d’autres petites incisions.